SOS JEEP EN DETRESSE : réparation, entretien, restauration
Pour profiter de l'intégralité du forum vous devez être enregistré comme Membre et connecté .

Lors de votre enregistrement, merci de bien renseigner votre profil avec la Marque (Willys, Ford, Hotchkiss) et le Modèle (MA, MB, M38, M38A1, CJ, GPW, GPA, M201, ITM) de votre (vos) véhicule(s)

Nous avons certaines habitudes sur le forum :
- les messages commencent et finissent toujours par une simple formule de politesse. La courtoisie entre Membres est très importante pour nous.
- le vouvoiement est d'usage dans les posts.
Merci de vous conformer à ces usages.

L'immatriculation militaire (déchiffrage) de nos jeep

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L'immatriculation militaire (déchiffrage) de nos jeep

Message  BESSON le Jeu 21 Nov 2013, 10:11

Ce document est téléchargeable au format .pdf en cliquant sur ce lien :
L'immatriculation militaire de nos jeeps

L’immatriculation d’un véhicule d’un véhicule militaire (et donc de la jeep, sujet de toute notre attention) obéit à une logique particulière prenant en compte la date de perception par l’armée française, une éventuelle reconstruction, le type de véhicule, son année de mise en service (et même la décennie).

De 1944 à fin 1946 :

L’armée française ayant été équipée, à la suite des accords d’ANFA en Afrique du nord, de matériel d’origine alliée, les véhicules furent immatriculés dans la série des 400 000 toutes catégories confondues. Cette immatriculation ne sera modifiée pour ces engins qu’à compter de 1947 lors de leur passage en 3ème, 4ème et 5ème échelon.



Pour information,
- le 1er échelon désigne l’utilisateur direct du matériel. Donc l’équipage
- le second échelon désigne l’utilisateur général. Donc l’unité de rattachement du véhicule. (on parle de 2A au niveau de l’escadron ou de la  compagnie et de 2B pour le régiment)
- le 3ème échelon désigne le niveau divisionnaire de rattachement de l’unité d’appartenance du matériel
- le 4ème et/ou 5ème échelon désigne la structure au niveau national dans laquelle le matériel sera partiellement ou totalement reconstruit (ex : La Maltournée pour les JEEP, Neuvy-Pailloux pour les GMC et DODGE, Le Mans pour Wrecker Ward Lafrance et Diamond T 969 et plus tard les BERLIET GBC 8 KT et GBU 15 / TBU 15 / TBU 15 CLD)

De 1947 à 1959 :

Au lendemain du second conflit mondial, le ministère de la Guerre refont complètement le système d’immatriculation des matériels roulant.
Un système à 6 chiffres (deux groupes de trois chiffres) est adopté.



ABX XXX
A : chiffre désignant la catégorie du véhicule concerné
- 0 = véhicule léger
- 2 = véhicule léger blindé (Scout-Car White,...)
- 4 = camionnette (DODGE 4X4, 6X6, Half-Track, ...)
- 5 = poids-lourd
- 7 = tracteur lourd de semi-remorque et de dépannage
- 8 = engin blindé toute catégories confondues (automitrailleuses, chars, amphibies blindés, porte-char blindé, etc.)

B : peut désigner l’armée d’appartenance.
Ainsi, l’Armée de l’Air ne possédait que des matériels arborant un 3. Mais tous les matériels arborant un 3 n’appartenaient pas à l’Armée de l’Air.
La Marine ne possédait que des matériels arborant un 4. Mais tous les matériels arborant un 4 n’appartenaient pas à la Marine.

Une différence est constatable sur certains véhicules (notamment ceux de la Gendarmerie). En effet , le premier chiffre 0 est absent de l’immatriculation. Mais le système reste identique.



Une exception à ce système :

Les matériels envoyés en Indochine durant la période de décolonisation se voyaient attribuer un numéro d’immatriculation précédé des lettres IC suivies de 5 chiffres en un seul groupe.



De 1960 à 1969 :

A compter de 1960, les numéros d’immatriculation affectés aux véhicules neufs et reconstruits en 5ème échelon (en ERGM : Etablissement de Réserve Général du Matériel) comptent 7 chiffres disposés en deux groupes distincts.

ABC  XXXX

A : chiffre désignant l’armée d’appartenance
- 2 = Armée de terre
- 3 = Armée de l’Air
- 4 = Marine
- 5 = Intendance et Services
B : chiffre désignant le millésime
- 0 = 1960
- 1 = 1961
- 2 = 1962
- 3 = 1963
- 4 = 1964
- 5 = 1965
- 6 = 1966
- 7 = 1967
- 8 = 1968
- 9 = 1969
-
C : chiffre désignant la catégorie du véhicule neuf ou reconstruit en 5ème échelon
- 1 = véhicule léger neuf
- 2 = camionnette neuve
- 3 = poids-lourd neuf
- 4 = engin blindé de combat neuf
- 5 = véhicule léger reconstruit
- 6 = camionnette reconstruite
- 7 = poids-lourd reconstruit
- 8 = engin blindé de combat reconstruit
- 9 = motocyclette
- 0 = remorque
(on notera que les motocyclettes et remorques reconstruites ne se voient pas affecter un nouveau numéro).

Les quatre derniers chiffres représentent le numéro d’ordre de perception du véhicule (tout matériel confondu) dans l’armée française dans l’année désignée par le premier groupe de trois chiffres.

Ainsi, une jeep portant l’immatriculation 265 0236 est le 236ème véhicule léger reconstruit en 1966 perçu par l’Armée de Terre.



De 1970 à 1979 :

Dans cette décennie, le système d’immatriculation est rigoureusement identique à celui de la décennie précédente, exception du premier chiffre du premier groupe de trois chiffres.

ABC XXX

A : chiffre désignant l’armée d’appartenance
- 6 = Armée de Terre
- 7 = Armée de l’Air
- 8 = Marine
- 9 = Intendance et Services
-
Ainsi une jeep immatriculée 655 0769 désigne un véhicule léger reconstruit en 1975 perçu par l’Armée de Terre.



Jusqu’à la fin de cette période, les immatriculation étaient précédées réglementairement du drapeau national tricolore
- simple pour l’Armée de terre
- surmonté d’ailes dorées ou jaunes pour l’Armée de l’Air
- surmonté d’une ancre de marine pour le Marine
- surmonté d’une grenade pour la Gendarmerie

De 1980 à nos jours :

A compter de 1980, le système  d’immatriculation comporte 8 chiffres et ne prends plus en compte la reconstruction éventuelle du véhicule, n’indiquant plus que (premier groupe de quatre chiffres) l’arme d’appartenance, l’année de perception et la catégorie du véhicule avant le numéro d’ordre de perception (second groupe de quatre chiffres).

ABCD XXXX

A : chiffre désignant l’armée d’appartenance
- 6 = Armée de Terre
- 7 = Armée de l’Air
- 8 = Marine
- 9 = Intendance et Services

BC : désignant l’année de fabrication et de perception initiale
- 80 : pour 1980
- 81 : pour 1981
- …
- 04 : pour 2004
- etc.

D : désignant la catégorie du véhicule
- 1 = véhicule léger neuf
- 2 = camionnette neuve
- 3 = poids-lourd neuf
- 4 = engin blindé de combat neuf
- 9 = motocyclette
- 0 = remorque

Ainsi l’immatriculation 6883 1518 désigne le 1518ème véhicule perçu par l’Armée de Terre en 1988, de catégorie poids-lourd.



A compter du début de cette période, les immatriculation sont précédées du drapeau national tricolore
- surmonté d’un glaive pointé vers le haut pour l’Armée de terre
- surmonté d’ailes stylisées pour l’Armée de l’Air remplacé par un logo spécifique par la suite
- surmonté d’une ancre de marine pour le Marine
- surmonté d’une grenade pour la Gendarmerie



Le drapeau tricolore tend à disparaître des plaque d’immatriculation avec l’apparition des livrées de camouflage tricolore (Noir, Vert et Brun pour le centre Europe) et bicolore (Sable et Chocolat pour l’outre-mer), les couleurs vivent Bleu, Blanc et rouge rendant le camouflage plus compliqué.

La gendarmerie possédait des matériels soumis au même système d’immatriculation qu’il s’agisse d’une unité de Gendarmerie Territoriale ou mobile ( codes Armée de Terre), d’une unité de Gendarmerie de l’air (codes Armée de l’Air) ou d’une unité de Gendarmerie maritime (codes Marine).



Depuis 2010, les véhicules de GENDARMERIE, comme les véhicules de la gamme commerciale des armées en général, sont munis d’immatriculation civiles, puisque désormais loués à des sociétés civiles. Seuls les matériels de la gamme tactique appartiennent au ministère de la Défense et possède de ce fait une immatriculation militaire.

Les véhicules de la gamme commerciale (de la simple 206 au porteur routier logistique) sont tous de couleur blanche pour des raisons de coût et immatriculés dans le département de stationnement de l’unité à laquelle ils sont rattachés.
Les matériels de la GENDARMERIE sont quant à eux tous immatriculés en 75 (Paris).



Il est à noter, puisque le sujet de notre forum tourne essentiellement autour de la jeep, que le premier numéro d’immatriculation attribué aux M201 6 et 24 volts lors de leur perception par l’Armée Française au sortir de l’usine de production est frappé sur la face externe du longeron droit entre la fixation d’amortisseur arrière et la traverse arrière. Ce numéro n’était pas effacé lors des différents passages en 5ème échelon.
avatar
BESSON
Admin

Code du département (ou pays si hors de France) : Sarthe
Date d'inscription : 02/01/2013
Messages : 1832

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum