SOS JEEP EN DETRESSE : réparation, entretien, restauration
Pour profiter de l'intégralité du forum vous devez être enregistré comme Membre et connecté .

Lors de votre enregistrement, merci de bien renseigner votre profil avec la Marque (Willys, Ford, Hotchkiss) et le Modèle (MA, MB, M38, M38A1, CJ, GPW, GPA, M201, ITM) de votre (vos) véhicule(s)

Nous avons certaines habitudes sur le forum :
- les messages commencent et finissent toujours par une simple formule de politesse. La courtoisie entre Membres est très importante pour nous.
- le vouvoiement est d'usage dans les posts.
Merci de vous conformer à ces usages.

Détails des différents échelons de réparation des jeeps de l'Armée Française

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Détails des différents échelons de réparation des jeeps de l'Armée Française

Message  BESSON le Jeu 2 Mar 2017 - 10:22

Ce document est téléchargeable au format .pdf en suivant le lien suivant :
Détails des différents échelons de réparation des jeeps de l'Armée française


L’entretien des jeeps (comme des autres matériels roulant d’ailleurs) au sein des Armées Françaises est encadré par différents échelons.

1er échelon : c'est l'échelon utilisateur. Donc en gros l'équipage, ou tout au moins le conducteur, est chargé d'entretenir son véhicule en contrôlant les niveau d'huiles (moteur, filtre à air) et d'eau de le nettoyer quotidiennement et de rendre compte dès qu'il détecte un soucis mécanique. Il est chargé du graissage (donc niveau des boîtes et du boîtier de direction sous l'égide du responsable de l'unité élémentaire (escadron ou compagnie), bref, l'adjudant d'unité.

2ème échelon A : c'est le niveau de l'unité élémentaire mentionné ci-dessus. Le graissage et la détection des avaries sont de sa responsabilité.

2ème échelon B : c'est le niveau d'intervention régimentaire responsable de l'entretien des éléments consommables, huiles et graisses (fourniture au 2A et utilisateurs), freins de service et frein de parc, flexibles divers, bâchage, vitres, pneumatiques et chambres à air et peinture.

3ème échelon : c'est le niveau divisionnaire. La division regroupe plusieurs unités régimentaires qui utilisent des matériels qui lui sont affectés et dont l'Etablissement Régional du Matériel (ERM) assure l'entretien et l'échange de gros sous-ensemble (boîtes, ponts, moteurs, direction).

Jusqu'à ce niveau les matériels entretenus restent en compte dans leur unité utilisatrice régimentaire. Ceci ne concerne que les matériels de l'Armée de Terre et la Gendarmerie, l'Armée de l'Air et la Marine ayant leurs propres structures assurant l'entretien des matériels roulants.

4ème échelon et 5ème échelon :
c'est le niveau responsable de la reconstruction partielle ou totale du matériel roulant. Les matériels qui y sont reversés sortent des comptes des unités utilisatrices en échange d'un autre matériel équivalent.
Les matériels reconstruits partiellement (carrosserie ou travaux électriques repartaient dans une nouvelle affectation une fois les travaux achevés (unité régimentaire ou stockage "mobilisation").

Les matériels à reconstruire entièrement arrivaient pour beaucoup dans un Établissement de Réserve Générale du Matériel (LE MANS pour les BERLIET TBU15  et GBU 15, les DIAMOND T, NEUVY-PAILLOUX pour les BERLIET GBC 8 KT, les GMC et les DODGE, etc.) à l'Établissement de Réserve Générale du Matériel Automobile (ERGMAu) de la Maltournée pour les jeeps (ou plutôt les VLTT 1/4 TON type M201, MB et GPW ainsi que les VLRD DELAHAYE). Une fois sur parc, les jeeps recevaient un numéro d'ordre de passage : le fameux numéro MALT que l'on retrouve frappé à froid sur la plaquette soudée au châssis.
Le temps d'attente entre l'attribution de ce numéro et la sortie de la chaîne de reconstruction pouvait aller d'un mois à six mois suivant les besoins des unités et les fluctuations des approvisionnements en pièces.

Les 4ème et 5ème échelons concernaient l'ensemble des matériels des trois armées (Terre, Air et Mer). On trouve des plaquettes MALT sur les jeeps de l'Armée de l'Air et de la Marine.

Voilà, succinctement le principe de fonctionnement qui a tourné entre 1946 et 1990. Au delà, les appellations ont changé en NTI1 et NTI2 (pour Niveau Technique d'Intervention 1 et 2). Les ERGM ont parfois changé de matériel à reconstruire (LE MANS a reçu une chaîne de reconstruction des BERLIET GBC 8 KT les GBU15 / TBU 15 devenant moins nombreux). La Maltournée a fermé en 1978 et les autres établissements ont été chargés de l'entretien des VLTT 1/4 TON comme NEUVY-PAILLOUX par exemple).
avatar
BESSON
Admin

Code du département (ou pays si hors de France) : Sarthe
Date d'inscription : 02/01/2013
Messages : 1762

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum